Le SNASUB-FSU a rappelé au cours du comité technique ministériel les 8000 suppressions d’emplois en 2004-2012 qui ont considérablement dégradé les conditions le travail et qui ont eu des effets en termes de réorganisation de services qui ont abouti à faire reporter sur les EPLE des charges de travail qui, auparavant, étaient supportées par les services académiques.

Nous avons rappelé que les effets en matière de dégradation de réalisation de la fonction comptable liés à la réforme de la carte comptable étaient à mettre au bilan que cette dernière avait surtout été faite dans un contexte d'insuffisance budgétaire pour ne pas créer les postes en nombre suffisant pour assurer le bon fonctionnement des EPLE.

Nous avons rappelé que les réorganisations des services académiques faites du temps des politiques de suppressions massives d’emplois perduraient, alors même qu’elles n’avaient pas été pensées dans l’intérêt du service public, mais d’abord pour « rendre des postes » et que les dégradations des conditions de travail qui en sont conséquentes continuaient de produire leurs effets en matière de souffrance au travail et d’affecter le sens même de ce dernier pour bien des personnels.

Télécharger les informations sur les 150 emplois et le tableau de répartition des suppressions par académie