Un projet de fusion des CROUS de Caen et de Rouen est annoncé pour le 1er janvier 2019. Les directions des CROUS restent évasives quand elles ne sont pas dans le mutisme, en ce qui concerne les intentions réelles. Ont-elles peur de les dévoiler aux agents ? Les seuls arguments avancés ne correspondent aucunement à une amélioration du service rendu à l’usager mais vont en réalité dans le sens d’une régionalisation des services de l’Etat et d’une économie d’échelle.



Les personnels administratifs risquent d’être touchés par des mesures de réorganisation, d’être contraints de changer de fonctions, ou même de quitter les CROUS pour travailler en EPLE ou dans les services académiques s’ils ne veulent pas muter géographiquement. Les personnels ouvriers craignent une dégradation de leurs conditions de travail liée à une nouvelle répartition des moyens (moins d’effectifs, polyvalence accrue), des mutations géographiques imposées ainsi qu’un éloignement des fonctions administratives (RH). Les étudiants risquent de voir une qualité de service dégradée si certaines fonctions se concentrent sur un des deux sites ou si la politique de l’emploi dans ces services et dans les unités de gestion ne permet plus d’assurer pleinement la mission sociale des CROUS. Une harmonisation tarifaire des prestations marchandes (hébergements / restauration) pourrait avoir pour conséquence de pénaliser inéluctablement l’étudiant selon le lieu de ses études. Nous en avons assez que notre administration considère les salariés comme des pions que l’on bouscule au gré de la réforme territoriale, préjudiciable à un service public de proximité.



Pour toutes ces raisons, nous demandons l’abandon du processus de fusion, le maintien, le renforcement, ainsi que le développement d’un service public de proximité et de qualité.

Retourner la pétition signée à :

- CROUS de CAEN : Céline James ou Claire Gervais

- CROUS de ROUEN : Lise Guillemot ou Bruno Lebailly

Télécharger la pétition contre la fusion des CROUS