Le comité technique ministériel du 19 décembre a communiqué aux organisations syndicales la ventilation des 400 suppressions d’emplois par académie. Pour Caen, c’est 13 suppressions à la rentrée 2019. C’est le plus important nombre de suppressions depuis des années, même en cumulant plusieurs années (-8 en 2018, -3 en 2017, -1 en 2016). La chasse aux économies d’échelle va donc s’accélérer (fusion d’académie, d’établissements scolaires, de services…) quand le personnel éprouve déjà les plus grandes difficultés à travailler dans des conditions sereines et acceptables.

D’ores et déjà, les heures supplémentaires s’accumulent sans possibilité, ici ou là, de les récupérer ; les missions glissent d’un personnel à un autre (l’accueil dans des établissements est assurée par les administratifs en lieu et place des agents d’accueil qui disparaissent) ; des missions d’assistantes sociales peuvent glisser vers les administratifs ; les missions de B assurées par des C, les missions de A par des B et la liste n’est pas exhaustive… C’est du bricolage en lieu et place d’une vraie gestion des personnels.

Le personnel non titulaire est démotivé par les dernières mesures nationales ou académiques : suppression de l’aide à la mobilité (maxi 500€/an), suppression de l’indemnité compensatrice CSG (induisant une baisse de salaire), refus de CDIsations, pourtant annoncées. Certains envisagent de quitter notre administration qui ne fait rien pour les retenir. Supprimer des emplois, c’est moins de possibilités de titularisation pour les précaires.

Le SNASUB-FSU ne renonce pas à l’amélioration des conditions de travail de chacun et sera présent pour la défense de l’emploi, des établissements scolaires, des services. Nous avons besoin non seulement de maintenir les emplois actuels mais d’en créer d’autres pour fonctionner normalement.

Nous vous souhaitons des vacances de noël aussi agréables que possible.