DECLARATION PREALABLE LUE PAR LE SNASUB-FSU SUR LA SITUATION A LA SNCF

Madame la préfète,

Depuis des mois les usagers se sont exprimés à travers des pétitions pour réclamer le maintien d’un service public ferroviaire en Normandie. A la cité administrative, 25% des personnels ont signé une pétition intersyndicale qui demande : le retrait immédiat du projet du "Plan de transport 2020" ; qu’aucun bus ne remplace un train ; le maintien des lignes actuelles et de toutes les gares ; des guichets dans les gares, avec du personnel SNCF et des amplitudes horaires convenables.

Après un projet largement rejeté par les usagers, la direction du Conseil régional a dû battre en retraite ces dernières semaines. Nous constatons le retour de tous les trains dans le sens Caen-Tours, à l’exception de deux, dont un est remplacé par un bus. Le train actuel arrivé à Alençon à 8h37 serait remplacé par un autre avec une arrivée à Alençon à 9h05, ce qui ne sera pas sans poser des problèmes pour ceux qui commencent à 9h00. Pour les scolaires, la Région qui a en charge les lycées demanderait une modification des horaires de cours. Le train TER qui part de Caen à 10h46, qui devait être supprimé, serait remplacé par un car avec un départ à 9h30 et seulement deux arrêts, Argentan et Alençon. Dans le sens Tours- Caen, le train actuel au départ du Mans à 9h43, qui passe à Alençon à 10h21, serait remplacé par un car qui partirait à 9h15.

Les cars mettront 3h pour le trajet Caen-Le Mans lieu de 2h actuellement avec le train. Et que dire de l’impact écologique, du danger encouru par les voyageurs avec les risques d’accidents supérieurs sur la route ! Cela entraîne des amplitudes journalières plus importantes pouvant perturber l’équilibre vie professionnelle/vie privée.

En ce qui concerne les ouvertures des guichets, Mr Morin entend poursuivre leur fermeture en lien avec la SNCF, et cela, malgré les difficultés que rencontrent de nombreux usagers. Nous constatons des problèmes injustes d’amendes dans les trains alors que les usagers veulent acheter les billets. Nous relevons aussi les difficultés d’abonnement à retirer aux guichets alors que les horaires sont réduits depuis juin 2019.

De façon générale, nous constatons que l’Orne est le département le plus attaqué par des mesures régressives à la SNCF. Ce n’est pas en ajoutant des difficultés de transport que notre département aura un caractère attractif. De plus toutes ces modifications programmées auront un impact sur nos conditions de travail.

réduction de la surface par agent à la cité administrative

Appelée "densification", le projet de la préfecture vise la réduction de la surface par agent dans le cadre de la rénovation de l'isolement thermique. Belle manipulation quand il faut assurer une meilleure isolation, les travaux sont conditionnés à un projet de "boite de sardinisation " pour les personnels. Qu'on en juge : il est prévu que la réduction de la surface par agent permette de dégager la possibilité de faire rentrer dans la cité +171 postes de travail soit atteindre 751 postes à l'avenir (580 à l'heure actuelle dont 72 à la DSDEN). Parmi les nouveaux venus à la cité administrative, il y aura les agents du commissariat de police qui occupera le Batiment E. Cette arrivée entrainera la fermeture du parking sous-terrain et de ses 103 places de parkings (dont une cinquantaine attribuées aux véhicules de service). Cela conduira à moins de places de parkings en surface. Cette question a à peine été effleurée par la préfecture qui ne sait pas comment récupérer des places en surface.

Les travaux de rénovation commenceraient en février 2021 et se termineraient en décembre 2021 avec des réorganisations internes à la cité pour tous les services.