SNASUB - FSU
48, rue du val noble
61000 Alençon
nous écrire :

Permanence quotidienne :
13h30 / 17h30

tel : 02.33.27.56.09
ou 06.11.64.15.57

Actualités

samedi 14 avril 2018

Grève le 22 mai 2018

vendredi 6 avril 2018

HEURE D'INFO SYNDICALE SNES/SNASUB/SGEN-CFDT : les CIO ET la DRONISEP dans la ligne de mire du gouvernement

CONTRE LE DEMANTELEMENT DE L'EDUCATION NATIONALE

mercredi 11 avril 2018 de 14h00 à 17h00 au CIO de Caen, rue Chanoine Xavier de Saint-Pol à Caen.

Cette réunion s'adresse à tous les personnels des CIO de l’académie de Caen, de la DRONISEP et du SAIO de Caen.

Le nombre actuel de postes en CIO des ADJAENES et SAENES est de 20 (2 SAENES et 18 ADJAENES). Il faut ajouter un poste d'ATRF

Le nombre de postes actuels à l'ONISEP est de 3 (1 SAENES + 2 ADJAENES).

Conclusion : 20 emplois ADJAENES, 3 emplois SAENES et 1 poste ATRF sont sur la sellette !

PETITION CONTRE LA FERMETURE DES CIO :


le Ministère a annoncé la fermeture des 390 CIO de France : c'est la mort d'un service public.

Lieu d'accueil, d'écoute et de conseil en orientation, neutre et gratuit pour tout public.

Si les CIO disparaissent, qui s'occupera des non scolarisés demandant un retour en formation, des décrocheurs, des étudiants, des adultes, des personnes en situation de handicap cherchant des informations sur leur scolarité, des jeunes migrants, des scolaires ne bénéficiant pas des services des psy En dans leurs établissements (privés, agricoles...)?

NON à la fermeture des CIO!

Merci pour votre soutien.

Signer la pétition en ligne

jeudi 5 avril 2018

Défense des IUT

Un mouvement s'est fait dans les 3 IUT Bas-Normands depuis le 13 mars, où des délégations des trois IUT se sont rencontrés. Nous étions une centaine de personnes en tout, avec aussi 2 étudiants de TC Caen qui sont venus à la fin de réunion nous rejoindre dans l'amphi.

Une lettre ouverte d'un chef de département de l'IUT d'Alençon a été diffusé à ses étudiants expliquant le mouvement et sa future démission.

Les étudiants des 3 IUT ont aussi créé une page Facebook.

Signez la pétition "Pour préserver l'autonomie des IUT de Caen, Cherbourg et Alençon !"

(23/03) 14actu : https://actu.fr/societe/mal-etre-iut-normandie-ultimatum-lance-president-universite-caen_16051543.html

(23/03) Tendance Ouest: https://www.tendanceouest.com/actualite-268477-iut-19-chefs-de-departement-demissionnent-en-normandie.html

(23/03) Ouest France (pour abonnés) : https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-rafale-de-demissions-dans-les-iut-5640988

(25/03) Tendance Ouest : https://www.tendanceouest.com/actualite-268643-demissions-dans-les-iut-bas-normands-les-chefs-de-departements-et-les-etudiants-s-expriment.html

Défense de l'ONISEP !

Fin mars, le gouvernement a proposé un avant-projet de Loi qui prévoit le transfert de l'information sur les métiers et les formations aux régions.

L'avant projet de loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel" va impacter le code du travail et le code l'éducation. En particulier, il est prévu le démantèlement de l'Onisep et de ses délégations régionales, puisque "les missions exercées par les délégations régionales de l'office en matière de diffusion de la documentation, d'élaboration des publications à portée régionale relatives à l'orientation scolaire et professionnelle des élèves et des étudiants sont transférées aux régions". De même, il est prévu, par décret, de fermer les CIO.

Extraits d'un tract diffusé auprès des personnels :

Si cette mission est confiée aux régions :

► L'information donnée aux élèves et aux étudiants se limitera aux frontières de la région. Un non-sens, à l'heure où les parcours de formation se réalisent à l'échelle nationale et internationale.



► L'information risque de ne plus être nationale : les régions auront tendance à valoriser les formations locales, correspondant aux besoins économiques du moment.



► Enfin, l'information sera très inégale d'une région à l'autre. En fonction de leurs moyens, les régions ne pourront pas toutes proposer des outils d'information performants sur les formations et les métiers.



Cela provoquera une rupture d'égalité d'accès à l'information pour l'orientation sur le territoire, une dégradation importante du service rendu aux élèves et à leurs familles tout en encourageant la privatisation de l’information à l’orientation devenue un véritable marché pour les coachs scolaires qui font payer leurs conseils aux familles.



En transférant les délégations régionales de l'Onisep (Dronisep) aux régions, le gouvernement démantèle l'Onisep.

Privé de son réseau, l’Onisep ne pourra plus collecter les données nécessaires, alimenter sa base de données et diffuser une information exhaustive, fiable, de qualité, actualisée en permanence et disponible pour tous. L'Office sera ainsi condamné.

Les élèves et leurs parents ne pourront plus bénéficier de l’expertise de l’Onisep qui s’est toujours adapté pour répondre à la demande des publics via ses guides diffusés gratuitement ou via son site web.



C’est pourquoi,



►Nous dénonçons la régionalisation des services publics d’orientation.



►Nous défendons le maintien du service public national de l’orientation et d’information sur les métiers et les formations dans l’Education nationale.



►Nous exigeons de pouvoir continuer d’informer dans tous les territoires, y compris suburbains et ruraux, au plus près de tous, dans l’intérêt général.

une pétition en ligne pour la défense de l'ONISEP : https://chn.ge/2H5VSti

mardi 20 mars 2018

Grève et manifestations le 22 mars

Cliquer sur l'image pour télécharger le tract du SNASUB-FSU

Le 22 mars, avec le SNASUB-FSU, vous défendrez les revendications :

- Non aux suppressions d’emplois ! Créations d’emplois à la hauteur des besoins
- Non aux projets de casse du service public induits par le « Programme Action publique 2022 » : maintien du statut de la fonction publique, des services et des missions, pour un service public de proximité
- Augmentation des salaires, par des grilles indiciaires revalorisées et l’augmentation de la valeur du point d’indice
- Pour un plan de requalification de C en B, de B en A
- Pour un plan de titularisation des agents non titulaires

Lieux des rassemblements :

- Caen : 10h30 place de la gare ; 13 h AG intercategorielle à l'auditorium du musée des beaux-arts au château de Caen

- Alençon : 11h30, rue St Blaise, devant le conseil départemental

- Saint-Lô : 10h30, devant la mairie

- Cherbourg : 10h30, devant la mairie

- Avranches : 15h00, devant l'hôpital

mardi 13 mars 2018

Rassemblements et actions en mars

RASSEMBLEMENT CONTRE LA FUSION DES CROUS


Ajoutons que la transparence est loin d'être au rendez-vous dans le cadre de la fusion. Le SNASUB-FSU a fait des démarches pour obtenir les montants indemnitaires des deux CROUS et vérifier que l'égalité de traitement, à fonctions égales, était appliquée. Les deux directions ont choisi le mutisme alors que le recteur de Caen a communiqué sur ces informations pour les personnels relevant du second degré. Ce que le recteur fait, les deux directeurs sont incapables de reproduire ! Le SNASUB-FSU n'en reste pas là et va poursuivre ses démarches auprès des institutions compétentes. En ce qui concerne le dispositif d'emplois du CROUS de Rouen, aucune information ne nous a été communiquée, malgré trois courriers envoyés de notre part depuis fin janvier. Transparence, vous avez dit transparence ???

jeudi 8 février 2018

Communiqué commun des organisations CFTC-CGC-CGT-FAFP-FO-FSU-Solidaires

POUR LES MISSIONS PUBLIQUES, L’EMPLOI, LE POUVOIR D’ACHAT TOUTES ET TOUS MOBILISE-E-S LE 22 MARS

En dépit de la forte mobilisation unitaire du 10 octobre, plus les semaines passent, plus il se confirme que le Président de la République et le gouvernement demeurent sourds aux légitimes revendications portées par les agents à l’occasion de cette mobilisation. Le gel de la valeur du point est maintenu, le jour de carence rétabli, l’injuste hausse de la CSG mal compensée, les coupes budgétaires et suppressions d’emplois confirmées. De nouveaux projets viennent encore noircir un tableau pourtant déjà bien sombre. Tout laisse craindre en effet que CAP 22 ne s’avère être qu’une opération visant à habiller de profondes remises en cause des missions publiques, ce que confirment les annonces inacceptables faites le 1er février qui, si elles sont appliquées, constitueraient à la fois une menace grave contre le Statut Général et tou.te.s les agent.e.s. Ces politiques vont venir fortement aggraver une situation où déjà, que ce soit dans les administrations de l’État, dans les hôpitaux publics et dans les collectivités territoriales, on ne compte plus les services fonctionnant dans des conditions dramatiques, sans les moyens nécessaires – qu’ils soient humains ou budgétaires – et dans lesquels les conditions de travail sont détériorées comme jamais.



IL EST IMPÉRATIF ET URGENT DE CHANGER DE DIRECTION ! Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en œuvre des orientations de progrès social pour tous, les organisations syndicales CFTC CGC CGT FAFP FO FSU Solidaires, constatant que leurs positions ne sont pas entendues et que leurs propositions ne sont pas prises en compte, appellent tou.te.s les agent.e.s des trois versants de la Fonction publique à :

UNE JOURNÉE D’ACTION, DE GREVE ET DE MANIFESTATIONS LE 22 MARS 2018

Pour : - Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ; - L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ; - Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ; - Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ; - L’abrogation du jour de carence ; - La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers.



D’ores et déjà, nos organisations soutiennent toutes les mobilisations qui, dans les trois versants de la Fonction publique, défendent les services publics accessibles à toutes et tous et les conditions de travail, en appelant à leur convergence. Pour contribuer à la réussite de cette journée, elles engagent une campagne d’information et d’alerte des personnels, notamment sous la forme d’une pétition unitaire.

Paris, le 7 février 2018

vendredi 5 janvier 2018

Pas de compromis avec le harcèlement !

vendredi 22 décembre 2017

stage GRETA & GIP-FCIP du 19.12.17

Compte rendu du stage GRETA/GIP-FCIP du 19 décembre 2017

Une vingtaine de présents. La rencontre des collègues des trois GRETA différents a permis de faire le point sur les différences de traitement entre les personnels. Plusieurs points feront l’objet d’interventions de la FSU et de ses syndicats (SNES, SNASUB) : le rôle des CFC, le temps de travail des formateurs, la prise en compte du temps de trajet entre deux lieux de travail, les remboursements de restauration, la communication de documents.

dimanche 12 novembre 2017

GREVE le 16 novembre !

La FSU s'associe à la journée d'action du 16 novembre.

Caen : manifestation, place Saint Pierre à 10 heures 30.
Alençon : Préfecture, 11h30.
Cherbourg, mairie, 10h30.
Saint-Lô, mairie, 10h30.
Coutances, mairie, 12h.

CONTRE :
- gel du point d’indice
- la prévision de 120 000 suppressions d’emplois, dont 200 administratifs en DSDEN et rectorats
- le rétablissement de la journée de carence

POUR :
- des salaires revalorisés
- le maintien des postes et la consolidation des équipes de travail
- Maintien des académies, renforcement des services



Soucieuse de défendre les intérêts des salarié.e s du secteur public, comme du privé, confronté.e.s aux mêmes difficultés résultant des orientations libérales portées par le gouvernement et de contribuer à donner un avenir sécurisé à la jeunesse, la FSU s'associe à la journée d'action du 16 novembre prochain.



Elle y portera, avec d'autres organisations syndicales et de jeunesse, des revendications et propositions notamment en termes de pouvoir d'achat, d'emploi, de protection sociale et de formation.

mercredi 11 octobre 2017

Projet de fusion des lycées Marguerite de Navarre et Maréchal Leclerc : les personnels se mobilisent

Dans un courrier en date du 14 septembre, le Recteur a utilisé trois motifs sans les développer pour justifier sa décision de relancer le processus de fusion, à savoir la facilitation des parcours des élèves, la simplification administrative et l’amélioration de l’attractivité des établissements.

AG le lundi 16 octobre à 12 h 15 au lycée Maréchal LECLERC. Tous les personnels des deux lycées sont invités.

Bilan de la grève et des manifs du 10 octobre

mercredi 4 octobre 2017

Fonction publique : mobilisé-e-s le mardi 10 octobre


Manifestations dans l'académie :

Calvados : 10h30 place Saint-Pierre, Caen.
Manche : 10h30, place de la mairie : Saint-Lô, Cherbourg, Avranches
Orne : 11h hôpital d'Alençon, 25 rue de Fresnay.

Depuis l'arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s'accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d'emplois sur les 3 versants de la Fonction publique...

Et contrairement à l'engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c'est à dire sans gain de pouvoir d'achat pour les agent.e.s ! Ainsi, toutes ces mesures vont impacter fortement et négativement le pouvoir d'achat de plus de 5,4 millions d’agent.e.s public.que.s et fragilisent les services publics rendus aux usagers. C'est inacceptable.

C'est totalement injuste pour les agent.e.s, et c'est totalement inefficace pour une Fonction publique de moins en moins attractive dans de nombreux secteurs. Ces mesures ne contribuent en rien à l'amélioration de la qualité des services publics. Services publics au sujet desquels nos organisations syndicales rappellent leur demande d’un débat de fond sur ses missions s’appuyant sur le bilan des réformes déjà engagées. Enfin, nos organisations rappellent leur attachement au code des pensions civiles et militaires et seront très vigilantes sur la future réforme des retraites annoncée pour l’ensemble des agent.e.s public.que.s.



C'est pour faire entendre ces profonds désaccords que les organisations syndicales appellent toutes et tous les agent.e.s à la grève, aux manifestations ou rassemblements (selon des modalités définies par les différents secteurs) pour se mobiliser le mardi 10 octobre prochain, date choisie par le ministre pour la tenue d'un rendez-vous salarial.



Elles exigent une véritable négociation salariale qui aboutisse à une réelle reconnaissance du travail, des missions et de l'engagement professionnel des agent.e.s par une augmentation du pouvoir d'achat et la revalorisation des carrières, le non rétablissement de la journée de carence et les moyens nécessaires pour permettre aux agent.e.s d'exercer leurs missions de services publics.



Paris, le 15 septembre 2017

Télécharger le 4 pages de la FSU appelant au 10 octobre

Télécharger le tract FSU 61 - Grève - 2017.10.10 - Tract salaire

Télécharger le tract FSU 61 - Grève - 2017.10.10 - Tract unitaire

Télécharger le tract sur le gel du point d'indice

Télécharger le tract sur la journée de carence

Télécharger le tract sur le PPCR

Ils ne feront pas grève le 10 octobre : La fortune des 500 Français les plus riches multipliée par sept en 20 ans !

«Challenges» publie dans son numéro de jeudi son nouveau classement des 500 Français les plus riches. Leur fortune a été multipliée par sept en vingt ans. Celle des 10 plus riches l'a été par 12.

En 22 ans de classement «Challenges», le produit intérieur brut (PIB) français a à peine doublé, passant de 1259 milliards d'euros en 1996 à 2222 en 2017. Dans le même temps, la fortune des 500 personnes les plus riches de France du classement Challenges a été multipliée par sept, passant de 80 à 571 milliards d'euros de 1996 à 2017. La fortune cumulée des 10 Français les plus riches a été multipliée par 12.

«Le nombre de milliardaires en France est passé d'une dizaine au début de notre classement, en 1996, à maintenant plus de 90», expose au «Parisien» Eric Tréguier, journaliste de «Challenges» qui consacre trois mois chaque année au classement des 500 Français les plus fortunés. Depuis le premier classement, la fortune de Serge Dassault a été multipliée par 20, celle de Bernard Arnault (propriétaire du «Parisien»-«Aujourd'hui en France») - qui reprend la première place à l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt - et de la famille Hermès par 17. La famille d'industriels Wertheimer a vu sa fortune multipliée par 12. «Certains sont rentrés récemment dans le tableau, explique Eric Tréguier. Patrick Drahi est arrivé dans le classement en 2008, Xavier Niel en 2002 et les Werthmeimer en 2001.»

Lire la suite