SNASUB - FSU
48, rue du val noble
61000 Alençon
nous écrire :

Permanence quotidienne :
13h30 / 17h30

tel : 02.33.27.56.09
ou 06.11.64.15.57

Actualités

vendredi 7 juillet 2017

Communiqué FSU : le 7 juillet 2017

Retour du jour de carence ? Une mesure injuste et inefficace - La FSU dit NON !

Chaque semaine, une nouvelle annonce de mesure stigmatisant un peu plus les fonctionnaires est distillée dans l'opinion par le discours du gouvernement.

Après l'annonce du gel du point d'indice, le Ministre de l'action et des comptes publics a annoncé hier le rétablissement de la journée de carence dans la Fonction publique !
Ce jour de carence est injuste et inefficace.

Mais le ministre développe un argument inacceptable : il fait porter la responsabilité d'une part de la désorganisation des services et de l'accroissement des tâches sur les personnels s'arrêtant pour maladie.

Rétablir le jour de carence revient à diminuer le salaire des fonctionnaires en arrêt maladie. C'est donc les punir, considérant qu’ils sont coupables d’être malades. La prétendue équité avec les salariés du privé ne tient pas !

Les deux tiers des salariés du privé, relevant majoritairement des entreprises de plus de 250 salariés, voient leurs jours de carence couverts par des accords d’entreprise. Il y a bien aujourd’hui une inégalité entre les salariés du secteur privé qui ont une prise en charge totale, et ceux qui se voient appliquer intégralement ou partiellement des jours de carence. Et, il y aura donc bien aujourd’hui une inégalité entre les salariés du secteur public et la majorité de ceux du secteur privé !

La FSU demande qu’il n’y ait aucun jour de carence ni dans le privé, ni dans le public !

C'est d'autant plus inadmissible que les études démontrent que là où le jour de carence est mis en oeuvre, les arrêts sont moins nombreux mais plus longs : le jour de carence est inefficace contre l'absentéisme.

Pour réduire les arrêts maladie, il faut agir sur les conditions de travail, renforcer la médecine de prévention, quasi inexistante pour une majorité de fonctionnaires et développer des mesures pour améliorer la qualité de vie au travail. La FSU exige des mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie au travail dans la Fonction Publique : c’est une question d’intérêt général.

Le gouvernement doit revenir sur cette décision.

vendredi 24 février 2017

Témoignages de collègues exerçant des missions qui relèvent de la catégorie supérieure

VOUS AUSSI FAITES NOUS PARVENIR VOS TÉMOIGNAGES ET VOS FICHES DE POSTES !



Bonjour,

J’exerce dans une unité de gestion du CROUS et je suis ADJAENES. Voici, parmi mes missions, celles que j’estime ne pas relever de la catégorie C : vérification et mise en paiement des factures « alimentaire » en relation avec le responsable approvisionnement, participation à l’élaboration et au suivi du budget en relation avec le directeur de l’unité et le directeur adjoint ; intervention auprès des caissières pendant le service en cas de problème (dysfonctionnement du matériel, problème de prix…) ; préparation (devis) et facturation des demandes particulières en relation avec le chef de cuisine. Au regard de mon salaire, de mon niveau de recrutement, je pense que mon administration devrait requalifier mon poste et que je devrais bénéficer de la campagne de requalification à titre personnel.



Isabelle

En tant qu’ADJAENES, je suis amenée à participer au bon déroulement des opérations comptables BUDGETAIRES et GENERALES quotidiennes à annuelles (réception et liquidation des factures jusqu'à la confection comptable et matérielle du compte financier), dans la préparation, l'exécution, le classement, la recherche d'erreurs et l'exploitation des données en vue du pilotage de l'établissement. Je participe activement à la gestion des personnels de la Région Normandie affectés au lycée ; ce travail est fait en collaboration avec l'agent chargé de l'encadrement. Dans mon travail, aussi, il y a une partie importante de gestion de secrétariat et de présentation de documents pour les différentes réunions (CA de l'Etablissement, Présentation des comptes financiers des établissements rattachés...). En effet, mes compétences en informatique et maîtrise des logiciels de présentation font que mes supérieurs font très souvent appel à mes services pour "présenter leurs documents". Au vu de toutes ces responsabilité, j’estime ne pas exécuter des missions de catégorie C mais plutôt de B.

Coralie

Je suis ADJAENES et ma fiche de poste contient des missions qui relèvent d’un niveau ne correspondant pas au niveau de mon recrutement. Ma fiche de poste mentionne ainsi : « Élaborer, exécuter, suivre le budget et préparer les décisions budgétaires modificatives selon les dispositions de la GBCP pour le fonctionnement et les investissements. Conseiller et accompagner le Directeur dans la préparation du budget. Préparer les documents, les fichiers budgétaires pour les services centraux ». Ces activités prennent un temps important sans que cela se concrétise au niveau de ma paie. Je voudrai que mon poste soit requalifié en B.

Françoise

Je suis ADJAENES en EREA et voici les missions qui me sont confiées : Saisir, rédiger des notes de services, des courriers administratifs et des documents confidentiels, gérer le dossier administratif de l'ensemble des personnels, gérer des dossiers de bourses, élaborer, actualiser, éditer les plaquettes de communication (forums, portes ouvertes, carte de vœux), gérer des dossiers administratifs de l'ensemble des personnels, gérer les absences, convocations des personnels, suivi administratif et autre demandes, élaboration des plannings de surveillance de récréation, élaboration des livrets scolaires pour les 1ères et 2èmes années. Non seulement je suis la secrétaire de la cheffe d'établissement MAIS AUSSI de l'infirmier, de l'assistante sociale, des deux CPE, des agents de la Région, des personnels gérés par le Rectorat et des personnels gérés par la DSDEN. Donc beaucoup de responsabilités. Je considère que la très grande majorité des mes activités relèvent de la catégorie B et je demande à ce que mon administration prenne en compte ma situation dans ses réflexions sur la requalification des emplois.

Anne-Marie

lundi 14 novembre 2016

On nous écrit sur la prime de noel

La prime de noël fait parler... Plusieurs collègues ADJAENES estiment à juste titre que les 100€ ne répondent que très insuffisamment à la reconnaissance de leurs missions. Au SNASUB-FSU nous pensons qu'effectivement les ADJAENES exerçant des tâches d'exécution sont rares et que la plupart sont sur des missions d'application des textes, bref de catégorie B. Nous laissons la parole aux collègues.

François,

Martine et moi-même, secrétaires de catégorie C, avons bien reçu le courrier concernant le régime indemnitaire des personnels IATSS et nous constatons COMME D'HABITUDE que les catégories C sont ENCORE les mal aimés de l'Education Nationale. Ce sont ceux qui gagnent le moins qui ont le moins de primes... Pourquoi

Les 50 €, en plus, mensualisés, que nous avons eu début janvier n'ont pas été en plus pour certains au vu de l'augmentation de la MGEN, comme je te l'avais signalé par mél.

On espérait vraiment profiter de la prime de noël car c'était, nous semble t-il, la SEULE reconnaissance vis-à-vis de notre travail.

Secrétaire de direction et technicienne comptable, notre travail n'est vraiment pas reconnu à notre juste valeur.

Me concernant, je viens de perdre une part du supplément familial (là aussi je ne comprends pas que cela puisse être pris en compte dans notre salaire), je gagne actuellement environ 1390 € par mois avec 13 années d'ancienneté, des responsabilités et une demande de travail encore plus importante chaque année.

Pourquoi l'Education Nationale ne récompense pas à leur juste valeur ses agents qui travaillent vraiment ?

Bonne journée.

lundi 11 juillet 2016

Billet d’avion, tranches de jambon, Actimel... L’ex-rectrice de l’Académie de Rouen auditionnée par la PJ sur d’éventuelles malversations (article Paris-Normandie du 30.06.16)

Investigations. Claudine Schmidt-Lainé, l’ancienne rectrice de l’académie de Rouen nommée à Grenoble au mois de septembre, vient d’être auditionnée par les enquêteurs du Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte pour « abus de confiance » et « faux et usage de faux ». La justice soupçonne des malversations.

En septembre 2015, le parquet de Rouen ouvrait une enquête préliminaire pour « faux et usage de faux » et « abus de confiance » visant l’ancienne rectrice de l’académie de Rouen (lire nos éditions du 28 septembre 2015). Après neuf mois d’investigations, les enquêteurs de la division financière du Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen viennent, pour la première fois, d’auditionner Claudine Schmidt-Lainé, qui occupe désormais les mêmes fonctions à Grenoble (Isère) depuis la rentrée scolaire 2015-2016.

Billet d’avion, jambon, confiture et Actimel...

Par souci de confidentialité, la haut fonctionnaire de 61 ans n’a pas été convoquée au commissariat de Grenoble, mais à Lyon (Rhône), au siège de la direction interrégionale de police judiciaire (DIPJ). Selon nos informations, depuis un contrôle réalisé par la Direction régionale des finances publiques (DRFP) de Normandie qui aurait mis en évidence des « anomalies » dans la comptabilité personnelle de la rectrice, la PJ s’intéresse de très près aux notes de frais et aux dépenses de représentation de la docteur en mathématiques appliquées.

« La police a épluché tous les justificatifs de Mme Schmidt-Lainé, confie une source interne au rectorat de Rouen. Au-delà de l’achat et du remboursement en 2014 d’un billet d’avion en classe Business pour faire un aller-retour professionnel Paris-Montréal alors qu’elle aurait dû voyager dans la classe la plus économique, la police a découvert des choses plus stupéfiantes comme l’achat et le remboursement de pots de confiture, de bouteilles de jus d’orange, de tranches de jambon, d’œufs et même de petites bouteilles d’Actimel... Par ailleurs, ils auraient aussi découvert que notre ancienne rectrice se serait fait rembourser des frais de transport entre Rouen et Lyon, sa ville d’attache, prétextant des rendez-vous professionnels. »

Au mois de septembre 2015, lors de l’ouverture de l’enquête judiciaire, Jean-François Bohnert, ex-procureur de la République de Rouen, avait déclaré à notre journal : « Nous sommes dans la sphère du détournement. II y a à déterminer si des limites ont été franchies sciemment, mais il faut être clair la rectrice n’est pas partie avec la caisse. »

Des malversations présumées de l’ordre 15 000 €

Selon nos informations, les investigations policières auraient permis d’établir que les malversations présumées seraient de l’ordre de 15 000 €. « Il y a deux aspects dans cette affaire, commente la même source. On peut considérer que les sommes que s’est fait rembourser indûment (ou pas, N.D.L.R.) la rectrice ne sont pas si énormes, bien que l’on parle d’argent public !, mais on peut aussi considérer qu’au regard du traitement mensuel de cette personne, qui est d’environ 10 000 € avec les avantages qui vont avec, se faire rembourser de l’Actimel ou des pots de confiture, revêt un caractère très immoral, en plus du caractère pénalement répréhensible. C’est d’autant plus grave qu’un recteur est en charge de l’éducation et de l’instruction de nos enfants. » Rien n’a filtré de l’audition de Claudine Schmidt-Lainé réalisée en fin de semaine dernière à Lyon. Joints par notre rédaction, la direction du SRPJ et le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, ne souhaitent faire « aucun commentaire » sur ce dossier. Quant à l’intéressée elle-même, elle n’a pas donné suite à nos sollicitations répétées.

À ce stade des investigations, l’ex-rectrice de l’académie de Rouen demeure présumée innocente. Le procureur Prache décidera des suites qu’il entend donner à ces soupçons de malversations. En septembre dernier, le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale répondait à notre journal « être au courant d’anomalies de gestion », précisant également qu’« elles ont été réglées avant le départ Mme Schmidt-Lainé ».

Baptiste Laureau

b.laureau@presse-normande.com

source : http://www.paris-normandie.fr/region/billet-d-avion-tranches-de-jambon-actimel-l-ex-rectrice-de-l-academie-de-rouen-auditionnee-par-la-pj-sur-d-eventuelles-malversations-JI6183874#.V3zrTxEkq71

vendredi 8 janvier 2016

Créations de 100 emplois administratifs mais... suppressions d'emplois dans 9 académies !

A l’ordre du jour du Comité Technique Ministériel du 17 décembre 2015 figurait la question ses moyens administratifs prévus pour la rentrée 2016 dans les EPLE (programme 141) et les services (programme 214). Comme chaque année, le SNASUB‐FSU a défendu la nécessité d’en recréer de manière suffisante pour répondre aux besoins et vigoureusement critiqué l’insuffisance de créations (100 postes) prévue au budget 2016. 9 académies perdent (Amiens, Besançon, Caen, Clermont‐Ferrand, Nancy‐Metz, Reims, Rouen, Martinique) et 16 gagnent des emplois.

Télécharger le tract d'information sur les créations et suppressions d'emplois 2016

Télécharger le tableau des créations et suppressions d'emplois administratifs entre 2013 et 2016.

mardi 17 novembre 2015

Le SNASUB-FSU solidaire des victimes des attentats de Paris


Les attentats aussi barbares qu'aveugles de vendredi 13 novembre à Paris ont semé l'effroi à Paris et partout en France.

Que ressentir d'autre quand ils interviennent dans un moment de liberté, dans des espaces de liberté et de loisirs où l'humanité se retrouve, se rencontre, se mêle et se grandit de sa diversité, noue en elle des liens nouveaux, ravive de plus anciens, dans un moment où l'on partage un verre, où l'on fait la fête, où l'on oublie les tracas de la semaine pour jouir du bonheur d'être ensemble.

"Ensemble !" C'est justement ce mot que les terroristes ont mis dans leur ligne de mire vendredi soir.

Le SNASUB-FSU est bien sûr solidaire des victimes et de leurs proches et les assurent de son soutien et de sa solidarité.



Ensemble ! Nous ne céderons pas à la peur, pas plus qu'à la stigmatisation de telle ou telle partie des hommes et des femmes qui vivent en France, ou qui viennent s'y réfugier fuyant la violence et la guerre qui frappent leurs pays.

Et nous sommes du côté de ceux qui, partout dans le monde, se battent contre toutes les barbaries, les obscurantismes, les répressions des libertés fondamentales de l'humanité.

Ensemble, c'est par la solidarité, le respect de l'autre et de la diversité, la défense des droits et des libertés individuelles et collectives que nous répondrons à ces actes ignobles.



Contre la barbarie, contre tous les obscurantismes, contre toutes les haines qui attisent les divisions qui fracturent la société et le monde, il est plus que jamais nécessaire de se rassembler et de se battre pour que les valeurs universelles de liberté, l'égalité, la fraternité et que la justice sociale s'incarnent dans la réalité du quotidien de tous et toutes !

C'est de cet universalisme que nous nous revendiquons.

Contre la barbarie, en défense de notre volonté de vivre libres : TOUTES ET TOUS ENSEMBLE !

samedi 17 janvier 2015

Tableau national de création de postes administratifs créés depuis 2013 (par académie)

Au Comité technique ministériel de l'éducation nationale du 17 décembre 2014, le ministère a présenté la ventilation des 100 postes administratifs créés au titre du budget 2015. Pour Caen, c'est édifiant. M. le Recteur, parlant du bénéfice que l'on pouvait tirer pour la création de postes enseignants grâce à la qualification "d'académie rurale" ne permettait déjà pas la création de postes administratifs. En perdant ce qualificatif, nous aurons encore moins de possibilités d'avoir des postes.

Télécharger le tableau de répartition académique des postes administratifs 2013-2015

samedi 27 septembre 2014

Sirhen retoqué sur les données "trop" personnelles (article du SNES US n°742)

lundi 24 février 2014

PFR et personnels logés

Bonjour,

Je m'étonne encore qu'il y ai une différence entre les personnels logés et non logés lorsque nous sommes susceptibles d'être dérangés le soir, weekend et pendant les vacances (travaux) ce qui n'est pas le cas pour les B non logés évidemment.

Je suis gestionnaire logée classe normale et je trouve démotivant de me retrouver avec une cote F de 1,2 quand on sait que le décret de décembre 2011 nous considère comme adjoint gestionnaire ce qui ne se traduit pas du tout sur les indemnités de fonction et encore moins de résultat car nous sommes toujours plus sollicité sur de nombreux dossiers, avec de l'encadrement des agents techniques.

Le métier de gestionnaire n'est absolu pas reconnu à la hauteur de ce qu'il devrait être. Enfin, je pense que les gestionnaires devraient passer au minimum classe supérieure voir cat A ce qui serait plus cohérents avec les fonctions exercées.

Pour ma part, cela fait 3 fois que je suis admissible à l'examen prof classe supérieur et 3 fois recalée à l'oral lorsque je connais parfaitement mon métier et que je sois obligée de justifier mes compétences quand je vois tout ce je vais au collège et que j'ai un BTS et de l'expérience prof en privé et public, c'est aussi démotivant et décourageant.

Bien cordialement.

samedi 1 février 2014

LA CASE DE TROP

En premier lieu bonjour à toutes et à tous et pourquoi pas (nous sommes encore en janvier) BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2014, remplie de plein de bonheur, de sérénité et aussi et surtout de pleine d'ardeur au travail, car il nous faut bien enfin le dire et le faire savoir : de l'ardeur au travail nous en avons bien besoin......

2013 a été une année bien remplie avec la réforme du cadre budgétaire et comptable (bonjour la prise de tête avec le nouveau plan comptable assorti de toutes ses modifications et surtout de toutes ses complications (combien de cases avons nous à remplir en plus pour effectuer un simple paiement de facture ? je n'ai même pas pris le temps de les compter mais je sais qu'il y en a plus. Les avez vous comptées ? rien que le nombre de fenêtres : un pour le fournisseur, une pour le service, une pour l'imputation, une pour les marchés). Il va y avoir des arrêts maladie pour le canal carpien......maladie professionnelle en instance.

Lire la suite