SNASUB - FSU
48, rue du val noble
61000 Alençon
nous écrire :

Permanence quotidienne :
13h30 / 17h30

tel : 02.33.27.56.09
ou 06.11.64.15.57

Actualités

dimanche 20 janvier 2019

Rassemblement contre les suppressions d'emplois - 21 janvier 2019 devant le rectorat de Caen

Appel aux personnels : renforçons la mobilisation des gilets jaunes !

Adopté par le bureau académique du 11 décembre 2018

Le mouvement des gilets jaunes a créé un rapport de force qui ouvre un espoir pour la satisfaction des revendications des couches populaires et de tous ceux qui souffrent dans le pays. C’est un peuple qui se dresse contre l’injustice, pour l’égalité, pour vivre mieux. La digue de l’indifférence et du mépris macronien a commencé à céder. Il s’agit aujourd’hui d’aller plus loin, d’unir les personnels pour peser encore plus fortement, comme l’ont compris les lycéens et les étudiants.

Le mouvement des gilets jaunes pose notamment la question du pouvoir d’achat, de l’emploi, questions sur lesquelles nous sommes également confrontés dans la fonction publique. Nous condamnons l’actuelle politique gouvernementale caractérisée par :



- la smicardisation des salaires, compensée par des indemnités qui ne comptent pas pour le calcul des retraites.
- la baisse du pouvoir d’achat des agents non titulaires recrutés depuis le 1er janvier 2018 (remarquée seulement en septembre pour les agents ayant un contrat jusqu’au 31 août 2018) correspondant à 12 euros en catégorie C, avec la suppression de « l’indemnité compensatrice CSG ».
- les 400 suppressions d’emplois administratifs prévus au budget 2019.
- les heures supplémentaires non compensées.



Nous réclamons :
- la suppression de la CSG
- l’augmentation des salaires
- des créations d’emplois



Nous demandons aux responsables des administrations (recteur de Caen, président d’université, directrice du CROUS…) de prendre des mesures de compensation liée à la suppression de « l’indemnité compensatrice CSG » pour les agents non titulaires.



Nous appelons donc les collègues à renforcer les rassemblements des gilets jaunes, sans drapeaux, ni banderoles, en endossant l’emblème actuel de la lutte : gilet jaune pour tous ! Une victoire de ce mouvement constituerait un point d’appui formidable pour la suite, un encouragement à lutter pour tous.

		

Grève le 24 janvier 2019

Les syndicats de l’académie de Caen SNASUB-FSU, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, CGT Educ’Action, Sud Education, Sgen-CFT et SNUipp14-FSU appellent à une journée de grève et manifestation le 24 janvier 2019.

Rendez-vous unique à CAEN : rassemblement 10h30, place du théâtre

vendredi 18 janvier 2019

Appel à l'université de Caen à la grève pour le 24 janvier

Jeudi 24 janvier est une journée de grève dans l’Éducation Nationale contre les suppressions de postes, la dégradation des conditions de travail, la réforme du lycée, etc. L'Enseignement Supérieur et la Recherche ne sont pas épargnés par ces mesures d'austérité et de réorganisation managériale : baisse des dotations budgétaires, suppressions de postes et de filières, fusions (et acquisitions ?) des ESPE, des IUT et des Universités, ParcourSup, etc. Cette politique que nous subissons depuis de bien trop nombreuses années a des conséquences désastreuses sur nos conditions de travail (et de vie) ainsi que sur le sens de nos missions de service public.



Par ailleurs, la récente augmentation des frais d'inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s extracommunautaires accentue cette vision élitiste et marchande de l'ESR et entrainera un accroissement des inégalités sociales d'accès à l'université. Cette mesure frappera lourdement les étudiant.e.s les plus pauvres et les plus précaires (ci dessous, le communiqué intersyndical national).

Pour toutes ces raisons, l'intersyndicale CGT Ferc Sup, SNASUB-FSU, SNESup-FSU et SUD Éducation-Solidaires appelle le personnel de l'Université de Caen-Normandie à :

Assemblée Générale du personnel
9h00 - Amphithéâtre Laplace (Bâtiment L - Campus 1)

Manifestation
10h30 - Place du Théâtre

vendredi 11 janvier 2019

cohésion sociale : un effort messieurs les chefs d'établissement de l'Orne !

mercredi 9 janvier 2019

Mutations inter académiques

calendrier mutation 2019

Fiche syndicale ADJAENES

Fiche syndicale AAE SAENES postes non profilés

Fiche syndicale AAE SAENES postes profilés

Mutations inter 2019 dans la filière administrative : C’EST PARTI !

Modification de la carte des circonscriptions 1er degré dans l'Orne en 2019

LU SUR LE SITE DU SYNDICAT DES PROFS DES ECOLES (SNUIpp-FSU) :

Alors que la DASEN nous a informé le 4 octobre dernier d’une réflexion sur le redécoupage des circonscriptions, elle nous avait affirmé ne pouvoir nous en dire plus car cela était complexe et demandait encore réflexion. Pourtant, la voici telle qu’elle a été communiquée aux sénateurs/trices, aux député.e.s, aux président.e.s d’EPCI ainsi qu’aux maires du départements de l’Orne.

Vous trouverez cette carte ci-dessous.

Projet de carte des IEN

Quelques remarques : sur la forme : Il est bien-aisé d’afficher un dialogue social, mais seuls les actes comptent. Il nous faut noter qu’encore une fois, les élu.e.s sont informé.e.s sans que les représentant.e.s des personnels (les premiers/ières impacté.e.s) n’aient été consulté.e.s.

Sur le fond :
- Une circonscription de moins, cela signifie probablement un.e IEN de moins et un.e équipe de circonscription de moins.
- Des circonscriptions plus grandes donc plus de route pour certain.e.s lors des réunions de directeurs/trices, des animations pédagogiques, etc...

Bien sûr, tout cela n’existe pas à l’heure actuelle puisque nous n’avons pas été consultés.

AJOUT DU SNASUB-FSU :

Il serait fort sympathique que le personnel administratif soit informé en amont ne serait-ce que pour prévenir des changements induits (suppression d'un emploi de secrétaire...)

Ordre du jour CTA 21.01.19

1 - Installation du CTA

2 - Approbation des P.V du 25 septembre 2018 et du 6 novembre 2018

3 - Mesures budgétaires relatives aux emplois enseignants :

- Programme 140 « enseignement scolaire public du premier degré »

- Programme 141 « enseignement scolaire public du second degré »

4 - Mesures budgétaires relatives aux emplois de personnels administratifs :

- Programme 141 « enseignement scolaire public du second degré »

- Programme 214 « soutien de la politique de l’éducation nationale »

5 - Evolution de la carte des formations en voie professionnelle et post bac

6 - Evolution de la carte des enseignements de spécialité dans les lycées généraux et technologiques

7 - Evolution du réseau des établissements

8 - Evolution du réseau des CIO

9 - Présentation du barème de mutation ASS

10 – Questions diverses

dimanche 6 janvier 2019

Que 2019 nous donne enfin satisfaction !




mercredi 19 décembre 2018

13 suppressions d’emplois administratifs à la rentrée 2019 !

Le comité technique ministériel du 19 décembre a communiqué aux organisations syndicales la ventilation des 400 suppressions d’emplois par académie. Pour Caen, c’est 13 suppressions à la rentrée 2019. C’est le plus important nombre de suppressions depuis des années, même en cumulant plusieurs années (-8 en 2018, -3 en 2017, -1 en 2016). La chasse aux économies d’échelle va donc s’accélérer (fusion d’académie, d’établissements scolaires, de services…) quand le personnel éprouve déjà les plus grandes difficultés à travailler dans des conditions sereines et acceptables.

D’ores et déjà, les heures supplémentaires s’accumulent sans possibilité, ici ou là, de les récupérer ; les missions glissent d’un personnel à un autre (l’accueil dans des établissements est assurée par les administratifs en lieu et place des agents d’accueil qui disparaissent) ; des missions d’assistantes sociales peuvent glisser vers les administratifs ; les missions de B assurées par des C, les missions de A par des B et la liste n’est pas exhaustive… C’est du bricolage en lieu et place d’une vraie gestion des personnels.

Le personnel non titulaire est démotivé par les dernières mesures nationales ou académiques : suppression de l’aide à la mobilité (maxi 500€/an), suppression de l’indemnité compensatrice CSG (induisant une baisse de salaire), refus de CDIsations, pourtant annoncées. Certains envisagent de quitter notre administration qui ne fait rien pour les retenir. Supprimer des emplois, c’est moins de possibilités de titularisation pour les précaires.

Le SNASUB-FSU ne renonce pas à l’amélioration des conditions de travail de chacun et sera présent pour la défense de l’emploi, des établissements scolaires, des services. Nous avons besoin non seulement de maintenir les emplois actuels mais d’en créer d’autres pour fonctionner normalement.

Nous vous souhaitons des vacances de noël aussi agréables que possible.

Situation des agents non titulaires

François bonjour,



J'ai le plaisir de recevoir régulièrement des infos de la part ton syndicat, et t'en remercie. Pour le coup aujourd'hui c'est moi qui t'envoie une lettre que j'ai reçue en réponse à une demande d'indemnité mobilité faite il y a maintenant deux mois.

Comme les temps sont au jaune, je crois qu'en plus j'ai vu rouge...



Bon mon cas personnel c'est une chose, tant pis... mais ce qui me désespère et je ne sais pas si vous êtes au courant car j'ai rien lu, c'est la suppression de cette indemnité mobilité l'année prochaine. On entend que des mesures gouvernementales vont faire augmenter la participation aux frais kilométriques, et nous qui faisons des bornes (70 par jour par ex...) on nous la sucre purement et simplement.



Je te joins la lettre reçue. Peut-être le saviez-vous (sûrement) mais bon on ne sait jamais et puis ça marque un mécontentement par ces temps quelque peu mouvementés. Entre le gaz oil et le reste, ce n'est pas comme cela que l'on sera motivé à faire des kilomètres pour bosser.

REPONSE :

Bonjour,

on savait effectivement que l’ASIA mobilité disparaissait mais au 1er septembre 2018. Nous avions communiqué à l'époque pour alerter les collègues concernés.



J’ai fait une intervention devant le recteur courant octobre pour m’en indigner. Réponse : c’est une aide qui n’existait nulle part ailleurs et qu’il fallait homogénéiser les aides au niveau national. On peut penser que cela entre aussi dans le cadre de la fusion des académies puisque Rouen n’avait pas une telle aide.

Ceci dit, il est possible de se tourner vers l'assistante sociale de son secteur et déposer une demande d'aide pour une commission qui se réunit mensuellement.

Ce qui arrive aux oreilles du SNASUB-FSU est une vraie démotivation des agents non titulaires à cause de la perte de l'aide mobilité (500€/an maxi), l'annonce de non CDIsation pour certains, la suppression de l'indemnité compensatrice CSG, l'augmentation annoncée du prix du carburant. Certains envisagent d'ores et déjà de quitter l'éducation nationale et d'aller chercher du travail dans le privé. Une perte en savoir-faire pour l'administration. Saura-t-elle réagir pour garder un personnel formé ?

mardi 18 décembre 2018

Cité administrative Alençon : compte rendu du CHS du 23 octobre 2018

Vous trouverez ci-dessous les projets de densification (12 m²/poste de travail) pour la cité administrative et qui aura des conséquences pour l'éducation nationale.

diaporama sur la densification des locaux

Compte rendu officiel du CHS du 23 octobre 2018

COMMENTAIRES DU SNASUB-FSU

« objectif : moins de surface par agent »

Tenu le 23 octobre dernier, il a abordé la question du resserrement des espaces de travail aux personnels, appelé poliment la « densification » par la préfecture.

L’objectif est d’atteindre 12 m² par poste de travail. A l’heure actuelle, la DSDEN est composée de 72 postes de travail et nous avons 13,90 m² par poste. Il y aurait donc 1.90 mètre x 72 postes = 136.80m² à rendre à la préfecture.

La préfète a demandé à ce qu’on choisisse un des trois scénarios élaborés. la FSU a pris la parole pour rappeler que nous n’avions pas la même façon de voir les choses. Du côté préfecture, il faut rendre des surfaces pour espérer recevoir des subventions de l’Etat pour l’isolement thermique. Du côté FSU, la question est celle de l’amélioration des conditions de travail des personnels. La « densification » n’en tient pas compte et on ne voit pas comment la situation peut s’améliorer. Nous avons avancé un critère de qualité au travail : l’isolation phonique. La préfète s’est étonnée d’entendre pour la première fois cette remarque. Cette question paraît pourtant fondamentale pour travailler dans de bonnes conditions et notamment quand il est envisagé d’installer plus d’agents par bureau. Quand il a été demandé si les coûts des travaux comprendraient l’isolation phonique, la préfète a botté en touche.

En conséquence, nous avons refusé, ainsi que les autres organisations, de nous enfermer dans un scénario de diminution des surfaces qui évacue la question de la qualité du travail.

Il n’est pas dit que le dossier défendu par la préfète sera retenu au niveau national pour bénéficier des subsides de l’Etat car toutes les cités administratives ne pourront y avoir accès. Moralité : une amélioration du confort thermique peut se transformer par une aggravation de la qualité du travail. Qui l’eut cru ?

Déclaration FSU au CCAFCA 13 décembre 2018

M. le recteur,

La dissolution du GIP-FCIP de Caen au 1er janvier 2019 a été l’événement le plus inattendu de l’année. Annoncée le 2 octobre, elle a laissé les 16 agents non titulaires dans une sidération bien compréhensible. Plus grave, la direction du GIP-FCIP n’a pas fait grand-chose pour apaiser les inquiétudes des collègues : pas ou peu d’informations sur les reclassements, sentiment d’une direction du GIP absente, nombreuses interrogations sur les reprises d’ancienneté, le maintien du salaire net… Un point est porté à l’ordre du jour sans qu’aucun document ne nous ait été fourni sur la dissolution du GIP, sans aucune perspective de réorganisation envisagée.

Par ailleurs, les conditions de travail ne s’améliorent pas dans les GRETA et nous tenons à exprimer notre solidarité la plus entière au formateur en voie de licenciement au GRETA du Calvados, qui, du jour au lendemain, est passé de bon formateur à exécrable, après 10 ans d’exercice. Nous condamnons la placardisation du collègue, l’inertie de l’administration alors qu’il a demandé une protection pour harcèlement à son encontre, qu’il a produit un signalement sur le RSST, sans que l’administration ne lui réponde. Quel mépris !

La fusion envisagée des deux académies continue aussi à susciter de nombreuses interrogations. Le service bi-sites de la DIAFPIC fait toujours la démonstration de son inefficacité. Ceci ne peut que renforcer notre conviction que ce système ne fonctionne pas et qu’il ne doit surtout pas être exporté dans d’autres services. C’est pourquoi la FSU demande toujours l’annulation du processus de fusion.

jeudi 13 décembre 2018

Révoltez-vous ! NON à la baisse de salaire par la suppression de "l'indemnité compensatrice CSG"


Le SNASUB-FSU propose particulièrement aux agents non titulaires d'envoyer par mel un courrier au cabinet du recteur avec copie à la DEPAP et au SNASUB-FSU le courrier suivant à adapter selon votre situation :

M. le recteur,

la hausse de la CSG était compensée par une "indemnité comprensatrice CSG" portée sur nos feuilles de paie si nous étions recrutés avant le 1er janvier 2018.

Le simple fait d'avoir un renouvellement de contrat au 1er septembre 2018 nous porte pécuniairement préjudice et entraine une baisse de XXXX euros.

Je vous demande le maintien de mon pouvoir d'achat.

Veuillez recevoir, Monsieur le recteur, mes salutations distinguées.

signature

copier-coller les mels et envoyer à :

cabinet du recteur : ce.cabinet@ac-caen.fr
Division gestionnaire des IATSS : depap@ac-caen.fr
syndicat :snasub-caen@orange.fr

Par ailleurs, le SNASUB-FSU a envoyé un courrier sur le sujet :

Hausse de 100€ du SMIC au 1er janvier 2019 ?

Macron a parlé d'une hausse de 100 euros pour les travailleurs ayant le SMIC. De quoi parle-t-il exactement ? Il s’agit en fait du cumul de la hausse du SMIC au 1er janvier 2019 (environ 20 euros) et d’une prime d’activité qui remplace le RSA. Elle est versée par l’Etat via les CAF. Son augmentation prévue en avril 2019 de 30€, 20€ en octobre 2020 et 20€ en octobre 2021, soit 70€ est versée dès janvier 2019. Cette prime d’activité n’est pas soumise à cotisation sociale et donc absente pour le calcul de la retraite. Les 100€ se limitent donc à la hausse habituelle au 1er janvier 2019, la concentration d’une mesure étalée sur 2 ans et l’exonération de cotisations sociales en 2018. Par ailleurs, il s’agit d’une base théorique car en réalité, la prime d’activité dépend des ressources du foyer, si on est seul ou en couple, avec ou sans enfant, si on est locataire ou non… En conséquence, il n’est pas possible de connaître le montant exact de cette prime d’activité sans une étude de votre dossier par la CAF.