SNASUB - FSU
48, rue du val noble
61000 Alençon
nous écrire :

Permanence quotidienne :
13h30 / 17h30

tel : 02.33.27.56.09
ou 06.11.64.15.57

Actualités

jeudi 14 février 2019

concours 2019

Arrêté du 25 janvier 2019 autorisant au titre de l'année 2019 l'ouverture de concours pour le recrutement de secrétaires administratifs de classe supérieure de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038081550&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 25 janvier 2019 autorisant, au titre de l'année 2019, l'ouverture de recrutements sans concours d'adjoints administratifs de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038081556&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 25 janvier 2019 fixant au titre de l'année 2019 le nombre de postes offerts au concours interne de recrutement d'attachés d'administration de l'Etat dans les services et établissements publics relevant des ministres chargés de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038087155&dateTexte=&categorieLien=id

Un agent public qui refuse le renouvellement d’un CDD a droit aux indemnités chômage

Madame X, agent public contractuel, a été engagée par le CHU de Limoges en contrat d'accompagnement dans l'emploi puis en contrat unique d’insertion. Elle s’est vu proposer le renouvellement de son contrat pour une durée déterminée, ce qu’elle a refusé. Se retrouvant ainsi sans emploi, elle a demandé au CHU de Limoges le bénéfice d’allocations chômage qui, aux termes de l'article L. 5421-3 du code du travail et de l'article 2 du règlement général annexé à la convention du 19 février 2009 relative à l'indemnisation du chômage, sont allouées aux salariés involontairement privés d'emploi. Le CHU de Limoges a rejeté sa demande au motif que l’intéressée avait refusé le renouvellement de son contrat et qu’elle ne fournissait aucun justificatif de recherche active d’emploi.

La Cour d’appel de Limoges confirme la décision du CHU en retenant que l'intéressée ne peut prétendre au paiement des allocations chômage, au motif que la perte de son emploi résulte de son refus de renouvellement du contrat.



Le juge de Cassation juge le motif retenu en appel inopérant en relevant que « le règlement général annexé à la convention du 19 février 2009 relative à l’indemnisation du chômage dispose que sont involontairement privés d’emploi ou assimilés les salariés dont la cessation du contrat de travail résulte de la fin de leur contrat de travail à durée déterminée dont notamment les contrats à objet défini ». En l’espèce, la cessation du contrat de travail de Madame X résulte de la fin de son contrat à durée déterminée (CDD). Par conséquent, elle est en droit de bénéficier de l'allocation chômage des salariés involontairement privés d’emploi, bien qu’elle ait refusé le renouvellement de son CDD.

source : https://kiosque.bercy.gouv.fr/alyas/view/news/vigie/110#art_10938

dimanche 10 février 2019

vendredi 8 février : 200 agents du rectorat de Rouen et des DSDEN de l'académie de Rouen se mobilisent contre la fusion des académies normandes


Rouen, vendredi 8 février 2019, 15h

Une forte mobilisation (plus de 200 personnes) à l'initiative du personnel au rectorat de Rouen s'est tenue ce jour dans le hall. Elle est historique !

Le Snasub-FSU soutient la mobilisation des personnels du rectorat de Rouen et des services académiques et mettra tout en oeuvre pour défendre les revendications issues de l'expression des personnels contre le processus d'expérimentation de fusion à l'oeuvre."

Le bureau académique

Snasub-FSU, académie de Rouen

dimanche 3 février 2019

Annulation des fusions d'académies : dépêche AEF 31 janvier 2019 + vidéo de Blanquer

Lire la Dépêche AEF du 31 janvier 2019

Consulter la vidéo avec l'intervention de Blanquer

vendredi 1 février 2019

Déclaration en vidéo de JM Blanquer annonçant l'abandon des fusions

Communiqué du SNASUB-FSU : les académies ne fusionneront pas : une première victoire !

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean Michel Blanquer, a annoncé devant la Commission des Affaires culturelles et de l'Éducation de l'Assemblée nationale qu'il y aurait un maintien de tous les rectorats et de tous les recteurs.

Le SNASUB-FSU, opposé depuis 2015 à la perspective de fusions des académies, contestant un par un les arguments présentés à l'appui de ces projets, n'a pas ménagé ses efforts pour mobiliser les personnels sur ce sujet, défendre leurs métiers et leurs expertises professionnelles, la proximité et les bons niveaux d'organisation, de pilotage et de gestion du service public d'éducation.

Ce premier pas en arrière du ministre quant à l'orientation de fusions généralisées annoncée au mois de juillet 2018 est une première victoire pour les personnels et le service public d'éducation.

Toutefois, le SNASUB-FSU reste vigilant, notamment en ce qui concerne les académies de Caen et de Rouen, où nous demandons la nomination d'un recteur ou d'une rectrice pour chacune d'entre elle.

De même, dans le contexte de suppression d'emplois administratifs, le SNASUB-FSU refusera les réorganisations de services qui seront opérées sous la contrainte d'insuffisances de moyens et de dégradations des conditions de travail des personnels, et qui n'auraient alors aucune justification en terme de renforcement et d'amélioration du service public.

Malmenée depuis trop longtemps, l'administration des ministères de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur, aux niveaux central et déconcentré, exige d'être au contraire confortée.

mercredi 30 janvier 2019

La rectrice de Nancy-Metz confirme le report de la fusion des académies d'une même région

Cela fait suite à une décision conjointe des ministres de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur et de la recherche.

Lors d'une réunion des proviseurs du Grand Est avec la Région la rectrice de Nancy-Metz Florence Robine confirme le report de la fusion des académies d'une même région. Cela fait suite à une décision conjointe des ministres de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche.

source : Est Républicain

vendredi 25 janvier 2019

Non au devoir de réserve inscrit dans un texte de loi !

Cet article vise à inscrire dans la loi une obligation de réserve qui n'existe pas aujourd'hui. Nous rappelons donc notre attachement aux statuts et à la loi qui obligent les personnels de l’Education nationale (comme tous fonctionnaires) à se conformer aux instructions (art.28) aux obligations de discrétion, au secret professionnel (art.26), à la neutralité (art.25) mais pas à la réserve.

Ci-dessous, le lien pour utiliser et faire signer massivement cette pétition :

https://liberte-expression.fsu.fr/

Signez la pétition pour l'augmentation des salaires

https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/Edouard_Philippe_Premier_ministre_Ameliorer_nos_salaires_je_signe/dashboard/

mercredi 23 janvier 2019

Rassemblement contre les suppressions d'emplois - 21 janvier 2019 devant le rectorat de Caen

Compte rendu du CTA 21.01.19 : suppressions d’emplois, EPLE, CIO

Si les 119 suppressions d’emplois enseignants et les 13 administratifs ne posent pas problème aux autorités académiques, il n’en est pas de même pour les 3 emplois de chefs d’établissement qui ne sont pas acceptés par ces autorités académiques et rediscutés avec le ministère !!

En ce qui concerne la fusion des lycées Leclerc et M. de Navarre (Alençon), le document laisse entendre que rien n’est décidé alors que la fusion est bien confirmée oralement à la date du 1er septembre 2019.

Le conseil départemental du Calvados a décidé de ne plus financer le CIO de Caen. En conséquence, le CIO sera maintenu par le recteur mais il faut un local de repli payé ou loué par le ministère. Ce local est en cours de recherche. le CIO d’Argentan, bien qu’antenne du CIO d’Alençon, est considéré en tant que CIO d’Etat. Or, le ministère ne souhaite que 11 CIO d’Etat dans l’académie. Puisque le CIO de Caen change de statut, le recteur a dû fermer un autre CIO d’Etat.

dimanche 20 janvier 2019

Rassemblement contre les suppressions d'emplois - 21 janvier 2019 devant le rectorat de Caen

Appel aux personnels : renforçons la mobilisation des gilets jaunes !

Adopté par le bureau académique du 11 décembre 2018

Le mouvement des gilets jaunes a créé un rapport de force qui ouvre un espoir pour la satisfaction des revendications des couches populaires et de tous ceux qui souffrent dans le pays. C’est un peuple qui se dresse contre l’injustice, pour l’égalité, pour vivre mieux. La digue de l’indifférence et du mépris macronien a commencé à céder. Il s’agit aujourd’hui d’aller plus loin, d’unir les personnels pour peser encore plus fortement, comme l’ont compris les lycéens et les étudiants.

Le mouvement des gilets jaunes pose notamment la question du pouvoir d’achat, de l’emploi, questions sur lesquelles nous sommes également confrontés dans la fonction publique. Nous condamnons l’actuelle politique gouvernementale caractérisée par :



- la smicardisation des salaires, compensée par des indemnités qui ne comptent pas pour le calcul des retraites.
- la baisse du pouvoir d’achat des agents non titulaires recrutés depuis le 1er janvier 2018 (remarquée seulement en septembre pour les agents ayant un contrat jusqu’au 31 août 2018) correspondant à 12 euros en catégorie C, avec la suppression de « l’indemnité compensatrice CSG ».
- les 400 suppressions d’emplois administratifs prévus au budget 2019.
- les heures supplémentaires non compensées.



Nous réclamons :
- la suppression de la CSG
- l’augmentation des salaires
- des créations d’emplois



Nous demandons aux responsables des administrations (recteur de Caen, président d’université, directrice du CROUS…) de prendre des mesures de compensation liée à la suppression de « l’indemnité compensatrice CSG » pour les agents non titulaires.



Nous appelons donc les collègues à renforcer les rassemblements des gilets jaunes, sans drapeaux, ni banderoles, en endossant l’emblème actuel de la lutte : gilet jaune pour tous ! Une victoire de ce mouvement constituerait un point d’appui formidable pour la suite, un encouragement à lutter pour tous.

		

Grève le 24 janvier 2019

Les syndicats de l’académie de Caen SNASUB-FSU, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, CGT Educ’Action, Sud Education, Sgen-CFT et SNUipp14-FSU appellent à une journée de grève et manifestation le 24 janvier 2019.

Rendez-vous unique à CAEN : rassemblement 10h30, place du théâtre

vendredi 18 janvier 2019

Appel à l'université de Caen à la grève pour le 24 janvier

Jeudi 24 janvier est une journée de grève dans l’Éducation Nationale contre les suppressions de postes, la dégradation des conditions de travail, la réforme du lycée, etc. L'Enseignement Supérieur et la Recherche ne sont pas épargnés par ces mesures d'austérité et de réorganisation managériale : baisse des dotations budgétaires, suppressions de postes et de filières, fusions (et acquisitions ?) des ESPE, des IUT et des Universités, ParcourSup, etc. Cette politique que nous subissons depuis de bien trop nombreuses années a des conséquences désastreuses sur nos conditions de travail (et de vie) ainsi que sur le sens de nos missions de service public.



Par ailleurs, la récente augmentation des frais d'inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s extracommunautaires accentue cette vision élitiste et marchande de l'ESR et entrainera un accroissement des inégalités sociales d'accès à l'université. Cette mesure frappera lourdement les étudiant.e.s les plus pauvres et les plus précaires (ci dessous, le communiqué intersyndical national).

Pour toutes ces raisons, l'intersyndicale CGT Ferc Sup, SNASUB-FSU, SNESup-FSU et SUD Éducation-Solidaires appelle le personnel de l'Université de Caen-Normandie à :

Assemblée Générale du personnel
9h00 - Amphithéâtre Laplace (Bâtiment L - Campus 1)

Manifestation
10h30 - Place du Théâtre

vendredi 11 janvier 2019

cohésion sociale : un effort messieurs les chefs d'établissement de l'Orne !