En premier lieu bonjour à toutes et à tous et pourquoi pas (nous sommes encore en janvier) BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2014, remplie de plein de bonheur, de sérénité et aussi et surtout de pleine d'ardeur au travail, car il nous faut bien enfin le dire et le faire savoir : de l'ardeur au travail nous en avons bien besoin......

2013 a été une année bien remplie avec la réforme du cadre budgétaire et comptable (bonjour la prise de tête avec le nouveau plan comptable assorti de toutes ses modifications et surtout de toutes ses complications (combien de cases avons nous à remplir en plus pour effectuer un simple paiement de facture ? je n'ai même pas pris le temps de les compter mais je sais qu'il y en a plus. Les avez vous comptées ? rien que le nombre de fenêtres : un pour le fournisseur, une pour le service, une pour l'imputation, une pour les marchés). Il va y avoir des arrêts maladie pour le canal carpien......maladie professionnelle en instance.

Aujourd'hui mercredi 29 janvier 2014, j'ai enfin réussi à trouver un peu de temps pour me pencher sur ma compta 2014 enfin installée lundi en fin de soirée (pour être tranquille !!) il faut mieux éviter de faire trop d'erreur et d'être dérangée donc on fait ça quand tout le monde est parti...... et en heures sup s'il vous plaît (non payées je vous rassure) et donc après avoir sollicité sa direction pour être libérée du passage au self des élèves, on se met enfin sur 2014. chèques bien rangés, par banque, compte de recettes etc....(on s'organise pour gagner du temps et être au top de l'efficacité) et là surprise !!!! une nouvelle case à remplir......on doit maintenant renseigner aussi le numéro du chèque. Mais quand cet harcèlement va t-il cesser ? car oui il ne peut s'agir que de harcèlement quand on sait déjà les multiples tâches que nous devons remplir au quotidien. Et là, oui, la coupe est pleine. Les gestionnaires sont tous et toutes des gens responsables, conscients des charges et des contraintes de ce dur métier pourtant si peu valorisé. Vous me direz: "vous avez été nommés : Adjoint Gestionnaire".

Quel beau titre, n'est il pas ? mais Adjoint de quoi, de qui ? Du Chef d'Établissement ou du Gestionnaire ? Cela porte plus à confusion que cela nous apporte. Quant à moi je refuse ce titre. J'ai été et resterai simple Gestionnaire jusqu'au moment où mon autorité hiérarchique m'aura enfin donné un statut correspondant aux fonctions qui me sont attribuées et une rémunération en conséquence.

Mais même cette reconnaissance par un statut correct de ce métier ne saurait suffire pour me satisfaire car au delà de ces considérations il y a aussi la "non prise en compte" des charges de travail correspondant à notre métier. Nous recevons tous les ans un beau tableau qui s'appelle : BARÊME A D F sur lequel on reprend, établissement par établissement, tous les points de charges correspondant aux établissements et les dotations théoriques et effectives desdits établissements. On ose même nous signifier les écarts postes en nombre et en pourcentage......

Ce tableau, moi, me met toujours en colère et j'avoue même souvent ne pas vouloir en prendre connaissance pour m'épargner de la révolte.

Mais là, hier, allez savoir pourquoi, je l'ai retrouvé, édité et consulté. Et bien sûr je suis en colère....Que veulent dire des chiffres rappelés tous les ans (car à peu de choses près ce sont toujours les mêmes) avec des établissements avec des plus, d'autres avec des moins......A quoi donc peut servir ce tableau si on ne le prend pas en considération et que l'on n'effectue pas les réajustements nécessaires au bon équilibre des tâches de travail et des points de charge.......Quand quelqu'un prendra-t-il le temps de se pencher sur ce tableau afin de travailler sur une meilleure répartition des agents. On le fait bien tous les ans pour les personnels enseignants. On réajuste les postes selon la DHG. On propose et même on impose des postes partagés sur plusieurs établissements. Serait ce que les administratifs aient le droit à un traitement de faveur ? S'ils sont bien dotés et bien c'est bien pour eux et s'ils sont sous dotés ils n'ont qu'à faire avec...... heures supplémentaires, travail bâclé, surcharge de travail, burn out et de fait "mal aimables" envers les usagers (que ce soit les familles, les élèves, les enseignants, les personnels de service......).

Pas de temps, surbookés, pas disponibles, stressés, pressurisés : les gestionnaires sont depuis plusieurs années soumis à des contraintes qui entraînent de plus en plus d'arrêts maladies causés par un stress permanent et durable, une vie professionnelle qui a depuis longtemps pris le pas sur leur vie personnelle (et oui la gestion d'un établissement est devenue un vrai sacerdoce ! ).

Alors oui il est peut être venu le temps où les gestionnaires (surtout ceux qui sont seuls et isolés dans leur établissement) vont enfin relever la tête et dire NON à toutes ces surcharges de travail, NON à l'esclavagisme qui s'installe dans nos métier, et surtout dire NON à toutes les exigences que l'on nous impose sans aucune contrepartie sauf peut être celle de nous dire qu'un jour, un jour peut être on reconnaitra notre travail et la qualité de ce travail que nous nous efforçons de continuer à rendre, et nos mérites pour ce faire. Et alors, et alors seulement les Gestionnaires pourront enfin penser qu'elles ou qu'ils ont enfin leur place reconnue dans cette grande maison qu'est l'ÉDUCATION NATIONALE.

Voilà mon coup de gueule est passé, mon repas a été vite avalé, je m'en vais de ce pas encaisser la foule de chèques qui m'attend (en remplissant "la case de trop" et encore une fois en bon petit soldat je repars au combat.

Cordialement vôtre