édito du bulletin académique de février 2017

L’année 2017 commence décidément très mal. La paie est arrivée sur les comptes bancaires le 27 janvier et a fait l’objet de réclamations justifiées de collègues sur des baisses constatées. Il ne s’agit pas de quelques cas isolés mais d’une situation qui a un caractère de masse. Que les salaires stagnent est déjà peu motivant mais qu’ils baissent, on atteint alors des sommets dans la déconsidération des personnels.

Il y a 731 agents de catégorie C dans notre académie qui exercent dans les établissements scolaires, dans les services, à l’université, au CROUS, à CANOPE... A ceux-ci s’ajoutent environ 500 agents non titulaires (second degré, services et enseignement supérieur), bien souvent en catégorie C. Sans chacun d’eux, aucun établissement scolaire, aucun service ne pourrait fonctionner. Signalons que des collègues de catégorie B sont aussi pénalisés.

A l’heure où cet édito est écrit toutes les causes de ces baisses ne sont pas connues. Ce qui est sûr, c’est que chaque année la pension civile augmente du fait de la réforme sur les retraites de 2010 instaurée par François Fillon et contestée par la FSU. Pour les agents affiliés à la MGEN, les cotisations plombent nos salaires nets par d’importantes augmentations dues aux logiques de concurrence. Bref, la feuille de paie est le reflet de la poli.que globale du gouvernement qui ne s’est opposé ni à l’ouverture du marché des mutuelles, dans l’acceptation des directives de l’union européenne, ni n’a supprimé la loi Fillon sur les retraites de 2010. Le SNASUB-FSU intervient au plus haut niveau pour exiger le maintien et la progression du pouvoir d’achat. La paie de janvier est une raison supplémentaire de poursuivre la campagne de pétitions que le SNASUB-FSU mène pour la revalorisation des salaires et la requalification massive des emplois. Pas un salaire en baisse, nous luttons dans ce sens !

NB : la pétition a été envoyée à chaque collègue de Caen fin novembre/début décembre. Elle est en ligne sur le site national .