Au Conseil d’administration du 14 mars 2018 du CROUS de Caen

M. le recteur,
Mme la directrice,

Le projet de fusion a démarré en 2016 et a fait l’objet d’une contestation dès son annonce. Nous n’avons jamais été convaincus de la pertinence d’une telle fusion et nous vous rappelons notre opposition.

En juin 2016, il nous avait été annoncé des groupes de travail par binôme, un comité de pilotage pour rapprocher les deux CROUS. Par la suite, on nous informait de l’avancée de travaux, de réflexions, que la fusion était bien engagée. En réalité, la situation s’engluait dans un immobilisme surprenant. Depuis que la date du 1er janvier 2019 se rapproche, nous ne voyons que précipitation et impréparation.

Où en sommes-nous ?



- L’action sociale, les travaux n'avaient pas encore commencé fin janvier.
- plan de formation : il accompagne la création d’un CROUS bi-site avec les « risques routiers » désormais intégrés dans la formation.
- un organigramme flou et un calendrier prévisionnel qui prévoit un travail sur les fiches de postes en mai prochain alors que le mouvement intra académique des administratifs se clôt le 18 avril.
- application du RIFSEEP aux personnels administratifs : les élus n’ont aucun moyen de vérifier que les montants ont été harmonisés par le haut.

A ce sujet, nous condamnons la politique de mutisme des directions des deux CROUS qui ont refusé d’accorder ce que M. le recteur a accepté de communiquer pour le personnel du second degré : les montants par fonction en euros. La politique de l’emploi du CROUS de Rouen est inconnue également des représentants du personnel. Nous dénonçons cette rétention d’information qui fait craindre une politique de gestion des personnels qui serait brutale.

A ce jour, les représentants du personnel ne sont pas en mesure de vérifier que « le meilleur des deux CROUS » serait retenu. M. le recteur, quel engagement comptez-vous apporter au personnel pour :

- la lutte contre la précarité à Rouen
- la lutte contre l’externalisation (veilleurs de nuit à Rouen…)
- la synthèse du meilleur des deux actions sociales
- la communication des informations librement accessibles à un tiers (politique indemnitaire RIFSEEP)

Même si vous donniez des garanties sur une harmonisation par le haut, la fusion des deux CROUS, ce sera :
- des services bi-site, avec un personnel d’encadrement en difficulté pour suivre les services
- la perte de lisibilité dans l’organisation du CROUS pour les étudiants et les personnels
- un éloignement des lieux de décisions
- un risque de recours aux emplois précaires, très utilisé à Rouen.
- un risque d’externalisation : les veilleurs de nuit, par exemple, ne sont pas des personnels ouvriers mais une entreprise privée.
- une aggravation des conséquences des dématérialisations (Dossier Social Etudiant, ou encore impossibilité de paiement en numéraire, y compris dans les distributeurs nouvellement gérés par le CROUS,...)
- des déplacements prévisibles : une réunion à Rouen, c’est 1h30 de route (Cherbourg-Rouen : 2h30), y compris pour les élus représentants des étudiants et des personnels.

Pour un CROUS à taille humaine, pour le maintien d’un service public de proximité, nous demandons l’annulation de la fusion des deux CROUS.

Caen le 14/03/18

Les organisations UNEF et FSU (SNASUB et SNUASFP)

A la fin de l'échange provoqué par cette déclaration, la FSU a remis à Mme la Directrice la politique indemnitaire communiquée par le recteur ainsi que celle de l'université. La FSU démontrait que ces documents sont librement accessibles ainsi que le prouvent les documents. Les deux directeurs de Caen et de Rouen se sont mis d'accord pour rendre opaque les montants indemnitaires

Lire notre billet avec les montants pour le second degré : Télécharger le dossier syndical sur la politique indemnitaire 2016-2017 en établissements scolaires - DSDEN - rectorat