Le ministère de l'éducation nationale est bien un ministère silencieux... Alors que nous savions que les recteurs étaient conviés à une réunion à Paris par le ministre le 16 juillet et qu'une annonce pour les fusions des académies devait être faite avant les vacances, rien n'aurait été décidé ni annoncé. Nous entrons donc dans un nouveau temps de réflexion qui s'ouvre jusqu'à la rentrée, si on en croit l'article ci-dessous paru le 17 juillet.

Cet énième report est bien la preuve que le dossier n'est pas si simple que cela, que ceux qui se figurent qu'il s'agit d'une "simple" mesure administrative se trompent lourdement. Raison de plus pour continuer à signer la pétition qui a reçu à ce jour 715 signatures pour le maintien des académies de Caen et de Rouen. On continue la campagne de signatures, signez ici

Voici l'article du Courrier Picard du 17 juillet :

Une décision sur le devenir du rectorat d’Amiens était attendue avant les congés d’été. Le dossier en reste au statut quo. Du moins pour l’instant.

Les académies de Lille et d’Amiens vont-elles être fusionnées ? Sauf surprise maintenant, la décision du gouvernement sur ce dossier très sensible devrait être repoussée, vraisemblablement à la rentrée voire au-delà. La communauté éducative s’attendait pourtant à une annonce avant. Mi-mai, la rectrice Béatrice Cormier elle-même nous avait indiqué que « les deux ministres (de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur) se prononceront début juin ». Las.

Le syndicat FSU tablait à son tour sur une possible communication du ministre Jean-Michel Blanquer ce lundi 16 juillet, à l’issue d’une réunion de ses recteurs. Contact pris avec l’administration académique, aucune information n’est officiellement ressortie non plus de ce rendez-vous pourtant coché à l’agenda. Ce qui ne signifie pas forcément que le sujet serait abandonné. Au contraire.

Brigitte Fouré : « Il restera un rectorat, mais… »

Interrogée par France 3, Brigitte Fouré, maire d’Amiens, a confié à l’issue d’un rendez-vous à l’Élysée le 13 juillet dernier « qu’il restera un rectorat à Amiens (…) mais qui n’exercerait plus forcément toutes les compétences comme aujourd’hui ». L’hypothèse d’une répartition de services entiers entre Lille et Amiens tiendrait alors la corde. « Les décisions seront prises d’ici la fin de l’année », pense-t-elle savoir encore.

De quoi mettre encore les nerfs à rude épreuve des défenseurs du rectorat à Amiens au devenir menacé depuis un moment désormais. En janvier 2015 déjà, le recteur de l’académie de Lille d’alors avait évoqué l’idée d’une fusion des académies de Lille et Amiens, en la qualifiant de « non exclue », alors que le gouvernement travaillait sur la nouvelle carte des régions. Mais à l’époque déjà, Jean-Jacques Pollet avait argué d’une nécessaire « prudence » sur le dossier.

G.R